Actualités

Partager sur :
13 octobre 2020
Alumni Entrepreneurs

Alumni entrepreneur Morgane Min & Emeline Le Saoût

Vue 126 fois

 

Découvrez les parcours d'entrepreneures de Morgane MIN et Emeline Le Saoût (Promotion MIPCA 2009) 

 

 

Quelles études avez-vous faites ?

MORGANE MIN : Licence en économie & gestion (dont 1 an à la Universidad Complutense de Madrid) puis un Master 1 en Administration & Gestion des entreprises avant d’intégrer en 2008 le Master 2 Mangement International de la Parfumerie de la Cosmétique et de l’Aromatique alimentaire sur 3 écoles (ISIPCA, ESSEC, UVSQ) 

EMELINE LE SAOÛT : DEUG d’économie-gestion à la Sorbonne puis Master 2 en Management du Luxe à PSB Paris (ex-ESG) avant d’intégrer en 2008 le Master 2 Mangement International de la Parfumerie de la Cosmétique et de l’Aromatique alimentaire sur 3 écoles (ISIPCA, ESSEC, UVSQ)

 

Quel est votre parcours professionnel suite à votre formation de ISIPCA ?

MORGANE MIN : j’ai réalisé mon apprentissage MIPCA chez LÉA NATURE en tant que cheffe de produits marketing développement puis ai intégré BBP COMMUNICATION, une agence spécialisée en beauté où j’étais chargée de communication pendant 3 ans. Puis responsable communication chez PARISAX PROFESSIONAL avant de fonder l’agence COMME UNE BAVARDE.

EMELINE LE SAOÛT : juste avant le MIPCA, j’ai intégré SEPHORA en tant que chargée de marketing opérationnel puis ai fait mon apprentissage chez SYMRISE en tant que cheffe de projet marketing / parfums et ensuite PUBLICIS en tant que chargée de coordination publicitaire internationale (pour L’ORÉAL LUXE : LANCÔME, BIOTHERM, HELENA RUBINSTEIN). Puis, consultante communication / RP chez VIANOVA sur l’enseigne BUT & MONOPRIX BEAUTE (et ses marques exclusives) avant de fonder l’agence COMME UNE BAVARDE.

 

Comment avez-vous eu l’idée ce projet et comment l’avez-vous monté ? 

Au détour de nos conversations sur l’agence et la communication en beauté, nous aimions beaucoup refaire le monde. Nous avions gardé contact depuis le master MIPCA et il nous a semblé évident assez vite que nous devions imaginer un projet ensemble pour mettre en œuvre toutes les idées rejetées par nos directions respectives par manque d’agilité.
Et surtout aller beaucoup plus loin que le simple relai RP pour mieux accompagner les marques de beauté. Nous nous sommes lancées sans trop nous poser de questions, sans vraiment nous rendre compte de ce que nous étions en train de faire !

L’aventure Comme Une Bavarde a été une évidence … en toute spontanéité. Nous avons lancé l’agence en novembre 2013 après avoir quitté nos emplois respectifs en juillet. Il nous a fallu 2 mois d’administratif assez lourd (que c’est compliqué … faites-vous aider par des spécialistes) avant d’obtenir les statuts officiels de notre SARL.

Notre grande chance : 3 anciens clients nous suivaient déjà dans l’aventure à notre lancement.

 

Quel a été le plus grand défi que vous ayez surmonté dans votre aventure entrepreneuriale ? Quelles barrières avez-vous rencontrées et comment les avez-vous surmontées ?

Le plus grand défi que l’on a rencontré et que l’on rencontre toujours a été de grandir. Faire grandir une TPE c’est un enjeu entreprenarial immense. Nous ne sommes pas seulement 2 freelances associées. Nous avons créé une entreprise qui a toujours eu pour projet de s’agrandir et d’exister à long terme. Notre défi au quotidien : concilier le métier opérationnel de communicantes & celui de commerciales, manager et responsables administratives.

La clé : s’entourer ! D’un cabinet d’expert comptable qui gère aussi la partie social / juridique, de prestataires de qualité et surtout de mentors : nous l’appelons notre « galaxie » et la renforçons chaque jour, car le réseau et le relationnel sont essentiels pour nous ! Nous avions également au départ le sentiment de ne pas être légitimes, ce fameux « syndrôme de l’imposteur » car nous n’avions que 28 et 27 ans (et disons-le sommes des femmes entrepreneures !) mais nous l’avons vite dépassé car nos résultats suffisaient à convaincre.

 

Quels ont été les moments clés qui ont contribué au succès de ce projet ?

Chaque année nous nous donnons un objectif. C’est primordial pour une entreprise d’avoir un cap, une ligne stratégique, un positionnement. On l’oublie souvent en agence car c’est ce que l’on propose au quotidien à nos clients. C’est pourtant la clé du succès : la reconnaissance. Nos 7 ans en résumé …

2013/14 : la création de l’entreprise et l’entrée de nos anciens clients chez CUB

2015 : la conquête de nouveaux clients & de marques engagées

2016 : l’embauche de notre 1er CDI et le développement d’un pôle mode

2017 : la formation en commercial / management

2018 : le renforcement de notre image d’agence engagée autour de conférences & cours en école, des réseaux professionnels autour de l’industrie cosmétique

2019 : l’affirmation de notre expertise en clean beauty, l’arrivée dans nos propres locaux (hors co-working), la refonte de notre site Internet

2020 : l’embauche de 2 nouveaux CDI plus seniors malgré la crise sanitaire (et le maintien malgré le ralentissement de l’activité).

 

Quel conseil donneriez-vous pour gérer avec succès la création d’une entreprise ?

S’entourer ! Partager !
L’entreprenariat est une aventure du quotidien, elle est peut être vectrices de joies immenses et de grandes fiertés mais aussi de grandes difficultés alors il faut être entouré.e tant au niveau professionnel que personnel. Nos conjoints, nos familles, nos ami.e.s ont toujours été nos plus fidèles soutiens et moteurs. C’est eux & elles qui nous permettent de supporter la charge de travail et les déceptions / frustrations.

Et nous croyons aussi qu’être en duo rend plus fort (en l’occurrence fortes). Cela permet prendre confiance et contrebalancer ses manquements. Entreprendre en duo c’est s’appuyer sur l’autre en cas de coup de mou, c’est aussi vouloir rendre l’autre fière. C’est apprendre à avoir moins peur. Car c’est aussi inhérent à la vie d’entrepreneur. La peur que tout s’arrête du jour au lendemain (surtout en 2020) et l’absence de sécurité.

Mais la liberté de création que l’entreprenariat engendre est la plus précieuse. Nous avons appris à oser, oser investir (auprès de prestataires pour se professionnaliser, dans des locaux pour s’installer « pour de vrai », avec l’arrivée de talents pour nous accompagner) … tout en étant prudentes. Il ne faut jamais avoir peur d’oser. Parce que chaque jour, nous apprenons de nos erreurs passées.
Chaque jour, nous essayons d’être meilleures. Et c’est palpitant !

 

Autre chose à partager ? 

Foncez, c’est magique ! Réfléchissez un peu mais pas trop. Si une idée vous trotte dans la tête depuis un moment, c’est qu’elle est bonne non ? Alors essayez et nous faisons le pari : ça va marcher.

 

 

Nous suivre:

Site web

LinkedIn

Facebook

Instagram

 



J'aime

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.